Outils personnels

4. Plan opérationnel

Public cible : les migrants

Objectif spécifique

Afin de répondre à la problématique, l’objectif spécifique pour les migrants peut se formuler en trois points.

  • Contribuer à diminuer la prévalence et l’incidence des IST/SIDA chez les migrants.
  • Améliorer l’accès au dépistage, aux soins en général et aux traitements spécifiques en tenant compte du genre.
  • Lutter contre les attitudes discriminatoires envers les séropositifs au sein des communautés migrantes et dans la population générale et renforcer les capacités des migrants séropositifs.

Objectifs opérationnels

  1. Renforcer et améliorer l’utilisation du préservatif lors des prises de risque parmi le public cible des migrants.
  2. Renforcer le recours adéquat au dépistage de qualité parmi le public cible des migrants.
  3. Améliorer l’acceptation, la communication, la négociation et l’intégration au sujet de la maladie et de ses modes de transmission parmi les familles et les communautés de vie.
  4. Améliorer l’intégration des questions liées à la santé, au SIDA, à l’accompagnement et à la solidarité dans les associations de migrants et les associations communautaires de base.
  5. Améliorer parmi les groupes et les leaders religieux l’acceptation et la prise en compte de la maladie, des personnes séropositives et de la sexualité en général et diminuer les discours moralisateurs en relation à la sexualité et au SIDA.
  6. Améliorer les capacités de communication et de prise en charge (globale et dans le domaine des IST/SIDA) des acteurs psycho-médico-sociaux dans le cadre de leurs contacts avec des patients de cultures différentes.
  7. Systématiser l’application de la loi sur l’aide médicale urgente par le CPAS de la commune de résidence de la personne migrante.
  8. Améliorer les connaissances des chercheurs, des acteurs de terrain et des acteurs politiques au sujet des trajectoires des personnes migrantes et de leurs vulnérabilités.
  9. Sensibiliser les acteurs politiques des différents niveaux de pouvoir à une approche globale et mondiale de la question du VIH et de la migration, tout en renforçant le travail communautaire mené en Communauté française.

Stratégies

Les stratégies pour atteindre ces objectifs s’appliquent directement au public cible et/ou à d’autres acteurs en lien avec ce public.

Le public cible

Il convient d’améliorer ses conditions de vie et son bien-être sur le plan psycho-social en tenant compte des inégalités liées au genre.

Les connaissances du public au sujet du SIDA et des autres IST (modes de transmission, moyens de protection, dépistages, maladies, traitements) devraient être améliorées. L’autonomie et l’esprit critique des personnes vis-à-vis des représentations, des informations provenant des pairs et des discours religieux inadéquats par rapport à la santé et la protection devraient être renforcés tout en respectant leurs croyances. Les capacités des migrants pour chercher les informations adéquates devraient être renforcées.

Les capacités de communication au sujet de la sexualité devraient être renforcées dans les familles (entre les générations) et au sein des couples. Les savoir-faire des femmes et des jeunes en matière de négociation du préservatif devraient être améliorés.

Les capacités et l’autonomie des personnes migrantes vivant avec le VIH devraient être renforcées.

Le public et les associations de migrants devraient être informés des bénéfices de la mobilisation contre le SIDA.

Les principales activités concrètes à renforcer sont la conception d’outils d’information sur la santé et les IST/SIDA adaptés sur les plans culturel et linguistique, le travail de proximité, la prévention par les pairs, l’organisation d’animations et de groupes de parole. L’accès aux outils et aux activités de prévention doit être facilité. Des préservatifs devraient être disponibles gratuitement. Les migrants séropositifs devraient être mis en contact avec les réseaux psycho-médico-sociaux.

Les communautés et associations de migrants

Il s’agit de renforcer leurs capacités de mobilisation et de solidarité en ce qui concerne la santé et les IST/SIDA, tout en développant leur autonomie.

Les principales activités concrètes à renforcer sont la formation des membres des communautés et des associations et la concertation entre professionnels de la prévention et de la santé et communautés de migrants.

Les activités à mettre en oeuvre sont la création d’espaces d’échanges entre communautés au sujet de la santé, de la vie affective et sexuelle et des IST/SIDA.

Les professionnels de la santé et du social généralistes ou spécialisés

Il s’agit d’améliorer leurs savoirs et savoir-faire en ce qui concerne plusieurs problématiques :

  • l’application de l’aide médicale urgente ;
  • les difficultés sanitaires et sociales rencontrées par les personnes migrantes précarisées ;
  • la communication multiculturelle ;
  • la vie affective et sexuelle, les IST/SIDA et la santé mentale ;
  • le secret professionnel.

Il convient de renforcer les capacités des acteurs psycho-médico-sociaux des centres pour réfugiés en ce qui concerne le dépistage de qualité. Les principales activités concrètes à renforcer sont l’organisation de formations, la création de lieux d’échanges pour les professionnels de santé, l’intégration de personnes issues de communautés migrantes dans les équipes de santé et la mise en oeuvre de collaborations entre organismes généralistes et spécifiques.

Les responsables de cultes, les groupes de prière et les praticiens de médecines parallèles

Il s’agit de leur faire connaître les bonnes pratiques et les discours religieux favorables à la santé et d’améliorer leur tolérance vis-à-vis des discours préventifs et curatifs.

Les activités à mettre en oeuvre sont la création d’espaces d’échange entre acteurs associatifs et responsables de cultes et la formation des responsables de cultes et leaders religieux.

Les acteurs politiques

Au niveau fédéral, il s’agit de sensibiliser le Ministère de l’intérieur et l’Office des étrangers aux difficultés d’accès aux soins pour les migrants séropositifs sans papiers.

Les principales activités concrètes à renforcer sont la collaboration et les échanges entre associations et organismes de prévention et l’Office des étrangers, des actions de lobbying pour combler le vide juridique relatif à l’application de l’article 9.3 et l’appui à la directive européenne octroyant un titre de séjour définitif à toute personne malade ne pouvant bénéficier de soins dans son pays d’origine.

Il s’agit également de faire mieux appliquer la loi sur le droit des patients ainsi que la loi sur le secret professionnel.

Les principales activités concrètes à renforcer sont le lobbying vis-à-vis du Ministère de la santé et des affaires sociales.

Au niveau de la Communauté française, il s’agit de faire reconnaître l’importance et la complexité de la prévention VIH/IST chez les migrants, de clarifier et d’améliorer le paradigme de prévention intégrée et de favoriser une politique de gratuité du préservatif pour les migrants précarisés.

Au niveau interministériel, il s’agit de favoriser une politique cohérente en matière de prévention SIDA et de dépistage de qualité, notamment dans les centres d’accueil pour réfugiés.

Les principales activités concrètes à renforcer sont le lobbying et la création d’un organe représentatif du secteur SIDA de la Communauté française.

Les acteurs de terrain et les chercheurs

Il s’agit d’améliorer les connaissances des acteurs impliqués au sujet des migrants, de leurs trajectoires et de leurs vulnérabilités.

Les principales activités concrètes à renforcer sont la mise en oeuvre de recherches, recherches-actions et recueils de données, la mise à disposition des résultats pour les acteurs intéressés et la reconnaissance de ce travail par les pouvoirs publics.

Les médias

Il s’agit de les sensibiliser à la nécessité d’informer le public sur les initiatives efficaces menées dans certains pays à forte endémie.

Les principales activités concrètes à renforcer sont les contacts avec les médias et l’organisation de l’information qui leur est destinée.

Informations complémentaires
Actions sur le document
Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be