Outils personnels

9. Données épidémiologiques et sociales

Public cible : les personnes détenues en milieu carcéral
Infection au VIH et aux hépatites parmi les détenus en Belgique

Les données disponibles concernant la prévalence du VIH en prison montrent qu’elle est de dix à quinze fois supérieure comparée à la population générale. Elle était estimée à 1,5 % en 2006 sur la base d’une enquête par questionnaires proposée à l’ensemble du milieu carcéral belge (Todts et al., 2007). Les prévalences des hépatites B et C sont également nettement supérieures : elles étaient respectivement de 4,5 % et 14,1 % dans la même enquête (1). La majorité des détenus atteints d’hépatites s’étaient injecté de la drogue dans le passé (82 %) et parmi eux plus d’un tiers déclaraient des pratiques d’injection quotidiennes dans le mois précédant la détention (Lamkaddem et Roelands, 2007-2008).

D’autres problèmes liés à l’usage de drogue existent : 7 % des usagers déclarent avoir eu une overdose non létale en prison. Les overdoses létales sont sans doute sous-estimées car elles ne sont pas systématiquement enregistrées comme telles sur les certificats de décès (Todts et al., 2007).

Données concernant les conditions de vie des personnes détenues

Les conditions de vie en milieu carcéral concentrent les vulnérabilités : surpopulation et promiscuité, violences, discriminations, scarifications, automutilations, suicides, grèves de la faim ne sont pas rares et contribuent à la fragilisation d’une population déjà défavorisée avant l’entrée en prison : on y rencontre en effet 11 % de personnes analphabètes et 74 % qui n’ont pas de diplôme de l’enseignement secondaire ainsi que beaucoup d’étrangers ne maîtrisant pas les langues nationales (FAFEP, 2001).

La durée et la répétition des séjours en prison augmentent la vulnérabilité.

Sources
  • Todts S., Hariga F., Pozza M., Leclercq D., Glibert P. et Micalessi MI. Usage de drogues dans les prisons belges. Monitoring des risques sanitaires 2006 – Rapport final. Bruxelles, 2007.
  • Lamkadden B., Roelands M. Belgian National Report on Drugs 2007. New developments, trends and in-depth information on selected issues. Scientific Institute of Public Health, Epidemiology Unit, Brussels, Belgium, October 2007.
  • Lamkadden B., Roelands M. Belgian National Report on Drugs 2008. New developments, trends and in-depth information on selected issues. Scientific Institute of Public Health, Epidemiology Unit, Brussels, Belgium, October 2008.
  • Fédérations des Associations pour la Formation et l’Education permanente en Prison (FAFEP). Enquête sur la provenance sociale et le niveau scolaire des détenus en Communauté française de Belgique. FAFEP, Huy, 2001.

(1) La prévalence du VIH a été estimée à partir des déclarations des répondants, tandis que les prévalences d’hépatites B et C ont été calculées sur la base des résultats aux tests salivaires effectués. Les estimations des prévalences sont donc plus fiables pour les hépatites que pour le VIH. [retour en haut]

Informations complémentaires
Actions sur le document
Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be