Outils personnels

1. Plan opérationnel

Public cible : la population générale

Objectifs opérationnels

  1. Améliorer le recours adéquat au dépistage du VIH et des autres IST au sein de la population générale.
  2. Augmenter l’utilisation du préservatif lors de la prise de risque parmi la population générale.
  3. Promouvoir la solidarité vis-à-vis des publics vulnérables et des personnes séropositives dans la population générale.
  4. Réduire les dépistages inadéquats (mal ciblés, à l’insu des personnes et sans counseling) de la part des professionnels de la santé.
  5. Favoriser la continuité, la quantité, la qualité et la pertinence des informations liées aux IST/SIDA diffusées par les médias.
  6. Améliorer la diffusion et l’accessibilité des informations relatives aux projets de promotion de la santé, aux activités et aux budgets, tant au niveau des administrations que des intervenants IST/SIDA sur le terrain.

Les stratégies pour atteindre ces objectifs s’appliquent directement au public cible et/ou à d’autres acteurs en lien avec ce public.

Le public cible

Il convient d’améliorer ses connaissances au sujet du VIH/SIDA et des autres IST, en particulier :

  • les modes de transmission ;
  • les stratégies de protection efficaces ;
  • les traitements ;
  • le dépistage, les critères adéquats pour y avoir recours, les lieux où faire le test ;
  • les avancées scientifiques en matière de lutte contre le VIH (recherches sur les traitements, les vaccins, les microbicides, etc.).

Les représentations qui entravent l’utilisation du préservatif (représentations des «groupes à risque», fausses croyances, etc.) devraient être modifiées. La population générale doit être sensibilisée aux liens qui existent entre situations de vulnérabilité (consommation de produits psychotropes, rupture amoureuse, etc.) et prises de risque. Les capacités de la population générale doivent être améliorées en ce qui concerne l’utilisation correcte du préservatif sur le plan «technique» mais aussi à l’égard de la communication et de la négociation du préservatif entre partenaires sexuels, en tenant compte du genre.

La population générale doit aussi être consciente de l’existence de discriminations envers les séropositifs et les groupes vulnérables et connaître la loi anti-discriminations et les missions du Centre pour l’égalité des chances. Des comportements solidaires vis-à-vis des personnes séropositives et des groupes vulnérables doivent être encouragés.

Les activités concrètes à maintenir sont la conception et la diffusion d’outils d’information et de prévention. L’accès au dépistage anonyme et gratuit doit être maintenu dans le long terme ainsi que l’accès discret et bon marché au préservatif masculin.

Les activités concrètes à renforcer sont celles qui augmentent la visibilité de la prévention et l’accès à l’information, ainsi que le développement de la prévention par les pairs.

Le préservatif féminin devrait être disponible et accessible.

Les acteurs psycho-médico-sociaux

Leurs connaissances relatives aux IST/SIDA devraient être améliorées, notamment dans le cadre d’une approche éthique et déontologique. Les compétences des acteurs psycho-médico-sociaux doivent être améliorées en ce qui concerne la pratique de dépistages de qualité, notamment pour diminuer les dépistages de routine ou non justifiés.

Les activités concrètes à renforcer portent sur l’amélioration de l’accès aux documents de bonnes pratiques (protocoles, guidelines).

Les professionnels de la promotion de la santé et de la prévention IST/SIDA

Certaines de leurs pratiques doivent être améliorées, en particulier le lobbying, la négociation et le travail en réseau, ainsi que le renvoi vers des structures de dépistage. La vigilance des professionnels doit être maintenue en ce qui concerne les débats relatifs à la criminalisation de certains cas de transmission du VIH. Les intervenants doivent également améliorer la qualité et l’accès à l’information relative aux programmes et projets de promotion de la santé.

Les activités à mettre en place sont la création d’une base de données des projets existants et des organismes qui les coordonnent ou y contribuent.

Les activités concrètes à renforcer et améliorer sont les pratiques de concertation entre professionnels d’une part, et entre professionnels et administrations d’autre part. Ce renforcement implique la reconnaissance de ces pratiques par les pouvoirs subsidiants.

Il convient également d’augmenter l’accessibilité des informations et ressources existantes :

    • la loi anti-discriminations et les missions du Centre pour l’égalité des chances ;

    • la circulaire relative à l’accueil des enfants séropositifs ;

    • les formations sur le dépistage et le counseling.

La qualité des informations diffusées par les médias doit être améliorée et leur quantité doit être augmentée. Un travail proactif de préparation, de gestion et de mise à disposition de l’information destinée aux médias doit être réalisé. Un interface entre un réseau de personnes ressources compétentes et les médias devrait être mis en place. Un système de surveillance et de validation des informations relatives aux IST/SIDA diffusées par les médias (y compris Internet) devrait être mis en oeuvre.

Les acteurs politiques

Il convient de s’assurer de l’existence de directives adéquates pour les professionnels de santé (y compris ceux travaillant en chirurgie, dans les services d’urgence et dans le domaine de la prévention) en matière de counseling et de dépistage. Les politiques qui visent à développer l’accessibilité des préservatifs féminin et masculin bon marché doivent être promues, ainsi que celles qui soutiennent la recherche et le développement de microbicides.

Les activités à renforcer concernent le lobbying vis-à-vis des acteurs politiques compétents.

Actions sur le document
Se connecter


Mot de passe oublié ?
Une analyse commune pour l'action (décembre 2009)

Cahier 1 - La population générale

Cahier 1

Télécharger

Légende

Activités à maintenir

Activités à renforcer ou à améliorer

Activités à mettre en place

 
Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be