Outils personnels

8. Analyse de situation

Public cible : les prostitués masculins

Sur la base du diagnostic épidémiologique et social, le diagnostic comportemental a été construit en identifiant les comportements du public cible d’une part et ceux des acteurs, services et milieux de vie généralistes et spécifiques en lien avec ce public cible d’autre part. Les déterminants éducationnels, environnementaux et institutionnels de ces différents comportements ont ensuite été recherchés et classés. La synthèse ci-dessous reprend les éléments-clés de cette analyse en tentant de mettre en évidence les principaux acteurs et leurs interactions.

Les prostitués masculins utilisent insuffisamment le préservatif et le lubrifiant à base d’eau. Certains d’entre eux méconnaissent les risques de transmission (notamment ceux liés à la pratique de la fellation) et les moyens de protection, mais d’autres facteurs spécifiques à la prostitution doivent également être pris en compte : la honte liée à l’activité prostitutionnelle, les rapports de force existant entre prostitués et clients ainsi que certaines situations d’urgence financière limitent leurs capacités de négociation concernant l’utilisation du préservatif.

Le faible niveau de scolarité ou le manque de maîtrise des langues nationales dans le cas des migrants limitent leur accès aux informations, notamment écrites, en matière de prévention. La baisse de vigilance induite par la consommation de drogues et dans certains cas les problèmes psychologiques ou psychiatriques, empêchent également l’adoption de comportements de protection adéquats. Certains se protègent lors des relations sexuelles avec des clients mais abandonnent l’utilisation du préservatif avec le partenaire de la vie privée ou le micheton (client régulier). De manière générale, leur vulnérabilité sociale et leur situation administrative font qu’ils prennent peu soin de leur santé, qu’ils consultent seulement en urgence et se mettent en danger.

Certaines situations rendent difficile le travail de terrain des intervenants spécialisés : lors de leur entrée en prostitution, certains hommes éprouvent un sentiment de toute puissance (lié au sentiment de gagner facilement de l’argent, de se sentir jeune et d’avoir du succès) difficilement compatible avec une préoccupation pour la prévention. D’autres sont dans le déni de leur activité (et/ou de leurs pratiques homosexuelles) et refusent ainsi les préservatifs et surtout le lubrifiant qui leur sont proposés.

Les hommes prostitués les plus vulnérables sont ceux qui sont en rupture totale avec leur famille ou leur communauté d’origine, rupture qui peut être due à leur activité de prostitution, à leur homosexualité ou encore à d’autres raisons. La perte des liens familiaux et/ou communautaires peut favoriser une entrée dans la prostitution ou la faire perdurer. Pour ceux qui gardent le secret concernant leur activité prostitutionnelle tout en restant en lien avec leur famille, cette dernière peut exercer une pression financière qui contraint les hommes à travailler beaucoup et dans de mauvais conditions.

Certains patrons d’établissement gays ou non (saunas, cinémas pornographiques, bars, boîtes de nuit) ont des attitudes ou des comportements discriminatoires vis-à-vis des prostitués. Ils refusent parfois de mettre du matériel de prévention spécifique à disposition de leur clientèle en déniant l’existence de la prostitution dans leur établissement.

Les professionnels psycho-médico-sociaux spécifiques qui travaillent dans les milieux de la prostitution masculine considèrent que leur travail présente des limites faute de moyens : ils interviennent insuffisamment auprès des prostitués sur Internet, ils ne bénéficient pas toujours des ressources nécessaires pour travailler réellement de manière globale et en amont de la prostitution, ils ont peu de contacts avec les clients et ont parfois des difficultés à faire connaître et reconnaître leurs actions et les spécificités de leur public cible.

Ils rencontrent également beaucoup d’obstacles lorsqu’ils tentent de sensibiliser les organismes plus généralistes (maisons d’accueil, centres de santé mentale ou organismes spécialisés dans la prise en charge des toxicomanies, services médicaux, CPAS) aux besoins des hommes prostitués et à la nécessité de les prendre en charge.

Les services psycho-médico-sociaux généralistes sont rarement adaptés aux spécificités du public : il est difficile d’y aborder des questions telles que l’homosexualité et la prostitution, la logique d’abstinence relative à la prostitution et à la consommation de drogues y est souvent privilégiée au détriment de la réduction des risques et l’accès à ces services est parfois difficile, notamment en ce qui concerne les horaires peu adaptés au style de vie du public. Certaines structures filtrent les demandes et sont très peu accessibles pour des patients très vulnérables lorsqu’ils ne sont pas en ordre sur le plan administratif. Par crainte de la stigmatisation, les hommes prostitués recourent peu au dépistage du VIH et des autres IST en dehors des programmes qui leur sont spécifiquement destinés.

Le contrôle des permis de séjour exercé par la police ainsi que la répression du racolage obligent les hommes prostitués à exercer dans la clandestinité, ce qui les expose à divers risques supplémentaires.

Sur le plan politique, la prostitution en général n’est pas prise en charge de manière cohérente et concertée. La prostitution masculine est particulièrement peu prise en compte : moins visible, elle est perçue comme engendrant moins de nuisances que la prostitution féminine. 

Précision méthodologique
Pour réaliser une analyse de situation, les participants, lors de la construction du diagnostic comportemental, formulent les comportements des acteurs sous forme de problèmes, c’est-à-dire de manière négative, et avec un certain degré de généralité. Cette approche critique répond à une nécessité méthodologique : il s’agit à cette étape d’identifier les manquements et aspects à améliorer. Au moment de la formulation des objectifs opérationnels, ces comportements formulés négativement seront traduits de manière positive comme résultats à atteindre et comme activités à mettre en oeuvre.

Informations complémentaires
Actions sur le document
Se connecter


Mot de passe oublié ?
Une analyse commune pour l'action (décembre 2009)

Cahier 8 - Prostitués masculins

Cahier 8

Télécharger

Analyses complémentaires

L’analyse de situation pour le public des prostitués masculins est à mettre en relation avec d’autres analyses de situations avec lesquelles elle partage des problématiques communes, en particulier pour les publics :

 
Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be