Outils personnels

6. Données épidémiologiques et sociales

Public cible : les usagers de drogues injecteurs
Infection au VIH en Belgique par injection de drogues en intraveineuse 

Parmi l’ensemble des personnes diagnostiquées pour le VIH depuis les débuts de l’épidémie en Belgique (20565-21697), 670 ont probablement été infectées par injection de drogues en intraveineuse. Parmi celles-ci, 506 sont des hommes et 164 des femmes. 241 sont de nationalité belge et 389 d’une autre nationalité. Depuis une dizaine d’années, la proportion de personnes infectées par injection de drogues a été comprise entre un peu moins de 2 % et un peu plus de 4 %. Elle n’a pas dépassé les 2 % depuis 2005. Cette proportion est inférieure à celle enregistrée dans les premières années de l’épidémie, au cours desquelles elle a été comprise entre 7 et 13 % de 1985 à 1991 et entre 3,6 et 6 % de 1992 à 1997. Les patients les plus touchés par ce mode de transmission se situent dans les tranches d’âge 25-34 ans et 35-49 ans (2005- 2007). En 2007, la région la plus touchée était la Flandre (2,9 %), suivie de la Wallonie (2 %) (Sasse et al., 2008).

Evolution de l’infection au VIH par injection de drogues en Europe 

Au niveau européen, dans les pays de l’Union/EFTA(1), une diminution de 30 % des nouveaux cas par injection de drogues a été observée ces dernières années, passant de 2763 cas pour l’année 2003 à 1928 pour l’année 2007 (ECDC/WHO, 2008). 

Infections aux hépatites B et C en Belgique par injection de drogues Plusieurs types de recueil de données apportent des informations concernant l’incidence et la prévalence du VIH et des hépatites B et C parmi les usagers de drogues injecteurs (voir tableau 1). Ces données sont recueillies auprès de populations et selon des méthodes différentes, mais elles montrent toutes que les UDI sont nettement plus touchés que la population générale(2)

Tableau 1 Prévalence du VIH et des hépatites B et C parmi les usagers de drogues injecteurs en Région flamande, wallonne et en Communauté française (Lamkadden et Roelands, 2008)

Données concernant les conditions de vie des usagers de drogues injecteurs 

Beaucoup d’UDI vivent dans la précarité : en 2007, les usagers rencontrés dans le cadre des enquêtes Boule de Neige étaient des SDF pour 31 % d’entre eux. Vingt et un pour cent n’avaient pas de couverture soins de santé et 68 % étaient sans travail rémunéré. La moitié des usagers de drogues rencontrés ont séjourné au moins une fois en prison. Les populations migrantes semblent subir une exclusion sociale accrue (renvoi au pays pour les garçons, exclusion familiale pour les filles). Les personnes précarisées sont surtout des hommes injecteurs âgés de moins de trente ans. En 2007, une personne rencontrée sur cinq dans le cadre des actions Boule de Neige était soit séropositive pour le VIH soit porteuse d’une hépatite B. 

Les usagers de drogues injecteurs sont un groupe particulièrement stigmatisé par la société en général et par certains acteurs comme les professionnels du secteur psychomédico- social. Ils souffrent également d’une perception très négative de la part des autres usagers de drogues non injecteurs. Cette stigmatisation, conjuguée au caractère illégal de la consommation, les rend de moins en moins visibles et accessibles par les intervenants de la RDR. De plus, dans les zones rurales, ils ont un moindre accès aux services d’information et de prise en charge parce qu’ils ne bénéficient pas de l’anonymat des grands centres urbains.

Sources
  • Sasse A., Defraye A., Buziarsist J., Van Beckhoven D., Wanyama S. Epidémiologie du Sida et de l’infection VIH en Belgique. Situation au 31 décembre 2007. Institut Scientifique de Santé Publique, Section Épidémiologie, Bruxelles, 2008. (IPH/EPI REPORTS Nr. 2008/037) [retour en haut]
  • ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control)/WHO (World Health Organization) Regional Office for Europe : HIV/AIDS surveillance in Europe 2007. Stockholm, European Centre for Disease Prevention and Control, 2008. [retour en haut]
 

(1) Il s’agit des Etats membres de l’Union européenne au 1er janvier 2007 (27 pays), auxquels s’ajoutent trois pays de la European Free Trade Association (Norvège, Islande, Suisse). [retour en haut]

(2) La prévalence de l’hépatite C est estimée à 1 % en population générale (Beutels et al., 1997, cités dans Lamkaddem et Roelands, 2007). [retour en haut]

Informations complémentaires
Actions sur le document
Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be