Outils personnels

Contexte et historique

LE secteur de la prévention des IST/Sida À BRUXELLES ET EN WALLONIE

Différents organismes mettent en place des activités de prévention IST/Sida primaire, secondaire ou tertiaire :

  • Trois Centres de référence Sida (UCL, ULB, Ulg). Les activités principales sont financées par le fédéral et concernent la prise en charge des personnes séropositives et malades sur les plans psycho-médico-social ainsi que le dépistage. Les Centres recueillent également des données : recueil de situations concrètes de discrimination (UCL et ULg), recueil de données auprès des personnes qui demandent un test de dépistage (ULg, ULB-Elisa, UCL ainsi que les centres de dépistage de Namur (Coordination provinciale Sida/Assuétudes) et Charleroi (CHU Charleroi) ;
  • Les associations qui mettent en place des programmes de proximité parmi des publics ou milieux de vie spécifiques (anciennement appelées « associations thématiques »): migrants (Siréas), prostitué(e)s (Espace P, Icar, Alias), homo-/bisexuels masculins (Ex Aequo), usagers de drogues (Modus Vivendi), détenus (SES Huy-Waremme, Modus Vivendi), milieu festif (Modus Fiesta);
  • Les associations locales : Liège (Sid’action), Namur (Coordination Provinciale Sida/Assuétudes), Charleroi (Sida IST Charleroi Mons) ;
  • Les associations qui s’adressent à la population générale et/ou en particulier aux jeunes : Plate-forme Prévention Sida, Aide Info Sida et les associations locales ;
  • l’Observatoire du Sida et des sexualités (recherches quantitatives et qualitatives, pilotage de la  concertation, soutien scientifique et méthodologique).

Par ailleurs, des organismes non spécifiques ont des projets en lien avec la prévention IST/Sida (services communautaires, CLPS, Centres de planning familial, etc.).

Historique

Depuis l’apparition de l’épidémie de VIH/Sida en Belgique, plusieurs dispositifs de concertation et de planification formels ou informels ont été mis en place successivement, notamment à l’initiative de l’Agence de prévention du Sida (1) (disparue en 1997), dans le cadre du Conseil scientifique et éthique, du Conseil consultatif de la prévention du Sida ou encore des Conférences de lutte contre le Sida (2). Les types de dispositifs mis en place ont varié en fonction du contexte politique et institutionnel. Depuis leur disparition, les intervenants ont exprimé à différentes reprises la nécessité de restaurer un espace de concertation. A l’occasion des travaux préparatoires au Plan communautaire opérationnel (PCO) de la Communauté française (3), un processus participatif novateur a été mis en place par le service communautaire de promotion de la santé Sipes de l’ULB. A cette occasion, un partenariat avec l’Observatoire du Sida et des sexualités a vu le jour, ainsi que la création d’un Comité de pilotage et d’appui méthodologique (CPAM) constitué d’acteurs représentatifs du secteur de la prévention des IST/Sida et de la promotion de la santé. Les acteurs participant à ce processus ont souhaité l’inscrire dans la durée au-delà des travaux préparatoires du PCO. La démarche a été rebaptisée «Stratégies concertées du secteur de la prévention des IST/Sida en Communauté française» et redéfinie comme une gestion de cycle de la qualité des interventions mises en oeuvre sur le terrain.

Principales étapes du processus

1er cycle : 2004-2007

Dans le cadre du premier cycle, les étapes se sont déroulées comme suit :

  • production collective d’analyses de situation systémiques pour une douzaine de publics cibles ;
  • production pour ces douze publics de cadres logiques (ou plans opérationnels) définissant les objectifs, stratégies, activités, critères et indicateurs d’évaluation ;
  • diffusion des résultats sous forme de deux brochures en 2004 et 2006.

2004-2005 : Travaux préparatoires au PCO et début des Stratégies concertées

Travaux préparatoires au PCO : répartition des thématiques prioritaires entre services communautaires. Le service Sipes est notamment chargé du travail relatif à la prévention des IST/sida.

Constitution du Comité de pilotage et d’appui méthodologique (CPAM).

Des analyses de situations ont été réalisées au cours d’ateliers restreints (« pré-ateliers ») rassemblant des experts du terrain et de la recherche.

Ces analyses de situations ont ensuite été complétées et validées et des plans opérationnels pour les différents publics cibles ont été élaborés à partir des analyses validées lors d’un atelier de trois jours organisé à la Direction générale de la santé et rassemblant l’ensemble du secteur IST/Sida (15, 16 et 20 septembre 2005).

En mars 2005, le processus a été réorganisé et l’Administration a été chargée par le cabinet de rédiger les documents finaux des différents POC. Le secteur Sida a souhaité poursuivre le processus de planification participative indépendamment des PCO et de l’ancrer dans la durée en prévoyant des mises jour régulières. L’Observatoire devient progressivement le point d’ancrage du processus tout en bénéficiant de l’appui méthodologique de Sipes.

Une brochure publiée en avril 2005(4) synthétise les objectifs et stratégies formulés par le secteur en trois catégories : stratégies centrées 1) sur les publics cibles, 2) sur les milieux de vie, services et acteurs spécifiques 3) sur les milieux de vie, services et acteurs généralistes.

    Août 2005 : Ateliers d’analyse de situation pour trois publics cibles

    Les publics qui avaient été identifiés au départ du processus mais qui n’avaient pu faire l’objet d’une analyse de situation ou les publics pour lesquels l’analyse de situation n’était pas complète pour des raisons de manque de temps, ont fait l’objet de trois journées d’atelier. Il s’agit des publics des personnes incarcérées, le public festif (consommateur de drogues ou non) et celui des prostitués masculins. Ces journées d’atelier ont réuni les intervenants experts pour ces différents publics. Une analyse de situation a été réalisée selon la méthodologie PRECEDE. L’atelier pour le public festif a dû être reporté au mois d’octobre.

    20 septembre 2005 : Atelier d’organisation

    Une proposition d’organisation a été soumise aux participants pour discussion afin de décentraliser au maximum le processus (via des points focaux) et de l’ancrer dans la durée. Les conclusions de cet atelier ont permis la rédaction d’un document d’organisation.

    Novembre 2005 : Atelier restreints de finalisation des cadres logiques (activités)

    Décembre 2005 : Validation des cadres logiques complétés lors des ateliers restreints de novembre (atelier en plénière les 14 et 15 décembre).

    2006-2007

    Juin 2006 : Ateliers consacrés à la définition d’indicateurs d’évaluation pour l’ensemble des activités définies et validées en décembre.

    Décembre 2006

    Publication de la seconde synthèse des Stratégies concertées.

    Ateliers de validation des cadres logiques avec critères et indicateurs d’évaluation (11 et 14 décembre).

    Mars – mai 2007 : Atelier d’évaluation formative consacré aux stratégies de la Plate-forme Prévention Sida

    2007-2008

    Octobre-février : Concertation avec le CPAM au sujet des éléments d’actualisation du PCO IST/Sida.

    Organisation d’un atelier de suivi au sujet des stratégies de la Plate-forme Prévention Sida

    Organisation d’une demi-journée de formation sur les méthodes de recueil et d’analyse des données en collaboration avec le services Sipes et l’Ecole de Santé Publique de l’ULB.

    Préparation et organisation (journées des 13 et 20 mai 2008) d’une formation à l’APP pour les intervenants du secteur

    L’année 2007-2008 a été une année de transition, au cours de laquelle un travail de réflexion approfondi avec le CPAM a permis de préparer un nouveau cycle en établissant des balises d’organisation et de fonctionnement des points focaux , compilées dans un protocole spécifique.

    2ème cycle 2008-… Une analyse commune pour l’action

    Quatre ans après le début du processus des Stratégies concertées, le Comité de pilotage et d’appui méthodologique (CPAM) a souhaité approfondir, préciser, compléter et actualiser les analyses de situations existantes en mobilisant un panel élargi d’intervenants. Pour la majorité des publics cibles, un «point focal» s’est constitué pour coordonner ce travail collectif avec son réseau d’intervenants, sur la base d’un protocole commun proposé par le CPAM. Ce travail de mise à jour est présenté dans le document « Une analyse commune pour l’action » (décembre 2009).

     

    Actualisation des analyses de situations

    A partir des analyses de situations existantes, réalisées pour la plupart en 2004-2005 lors du premier cycle des Stratégies concertées, des mises à jour ont été réalisées entre les mois de juin 2008 et mars 2009 comme suit :

    • recherche de données complémentaires pour le diagnostic épidémiologique et social ;
    • organisation de deux journées d’ateliers pour chaque public cible rassemblant des intervenants travaillant avec le public cible considéré, au cours desquelles l’identification de nouveaux acteurs, comportements et déterminants a été assurée ;
    • mise au propre des productions des journées d’atelier, relectures et réalisation d’un poster de synthèse en vue du travail de la «journée stratégique».

    Pour le public «personnes séropositives», en l’absence de point focal, l’Observatoire du sida et des sexualités s’est chargé de la coordination de l’atelier. Par ailleurs, un atelier supplémentaire réunissant des personnes migrantes séropositives a été organisé, en collaboration avec le Siréas, selon une méthodologie adaptée.

    Validation des productions

    Une «journée stratégique» visant à valider avec un plus grand nombre d’acteurs les analyses de situation actualisées par chacun des points focaux a été organisée en avril 2009 par l’Observatoire, encadré par le CPAM. Elle s’est divisée en deux temps :

    1. validation croisée de chaque analyse de situation ;
    2. analyse des acteurs généralistes transversaux.


    Rédaction de la synthèse

    L’Observatoire du sida et des sexualités a rédigé les synthèses des analyses de situations à partir des documents actualisés et validés lors de la journée stratégique, en concertation avec les points focaux et avec la collaboration d’un comité de lecture de juin à octobre 2009. La brochure est éditée le 1er décembre 2009.

    Un point focal a été défini comme un organisme spécialisé dans le travail de terrain avec un public cible particulier. La liste des points focaux et de leurs publics cibles respectifs se trouve sur la couverture arrière de chaque cahier « Une analyse commune pour l’action » et sur le site.


    (1) Agence de prévention du Sida. La prévention du SIDA en Communauté française. Plan guide triennal 1996-1998. Bruxelles, 1996. [retour en haut]

    (2) Observatoire du Sida et des sexualités. Conférence de lutte contre le SIDA. Synthèse des recommandations. Rapport des travaux préparatoires et des ateliers. Bruxelles, 2004. [retour en haut]

    (3) Ministère de la Communauté française. Plan communautaire opérationnel de promotion de la santé. Direction Générale de la santé, Bruxelles, 2005. [retour en haut]

    (4) Martens V, Parent F et al. Stratégies concertées du secteur de la prévention des IST/SIDA en Communauté française. CPAM IST/SIDA, Observatoire du Sida et des sexualités, Bruxelles, 2005. [retour en haut]

    Actions sur le document
    Une analyse commune pour l'action (décembre 2009)

    Une analyse commune pour l'action (décembre 2009)

    Télécharger la publication

    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Région wallonne et de la COCOF

    Logos FWB, COCOF et Wallonie
     

     
    Observatoire du sida et des sexualités - Facultés universitaires Saint-Louis
    Bd. du Jardin Botanique, 43 - 1000 Bruxelles - tél: + 32 (0)2 211 79 10 - observatoire@fusl.ac.be